.

.

samedi 30 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (6) - La réponse

Bravo à Tilia qui a (encore) trouvé la bonne solution !
Ces champignons géants poussent hiver comme été dans le parc Montsouris, dans le quatorzième arrondissement.


On aurait aperçu le grand barde de PBA, tout habillé de bleu, rôder autour de ces champignons...

mercredi 27 juillet 2016

Marcel Campion plus fort qu'Anne Hidalgo !

Quand on sait que le "roi des forains" habite rue de Rivoli, on comprend que cette vision d'un Paris transformé en fête foraine lui donne le sourire (et lui procure quelques revenus...).


Ce paysage est classé par l'Unesco !
Pour mémoire, j'ai recopié quelques critères de sélection (de l'Unesco) pour figurer sur la liste du patrimoine mondial qui, manifestement, s'appliquent à cette vue:

I
   représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain ;
II
  témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ;
III
apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue ;
IV
offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine ;

Y a-t-il un pilote das l'avion ?
Y a-t-il un maire à la mairie ?
Y a-t-il un préfet à la préfecture ?

mardi 26 juillet 2016

Destruction du patrimoine: quand les bras en tombent...

A l'heure où la ville de Paris consacre 100 M€ au budget participatif dans un exercice inédit de populisme municipal, à l'heure où l'on trouve des crédits pour "végétaliser les pieds d'arbres" et bientôt pour "installer des barbecues dans les parcs" (si, si !), force est de constater que le grand oublié de cet exercice de communication, c'est le patrimoine.

Je ne vais pas vous reparler des bornes de l'avenue du général Leclerc, de l'église Saint-Augustin ou du square Anna de Noailles, pas plus que je ne vais mentionner l'état déplorable de nos églises...
Allez au libellé "Destruction", vous en trouverez d'autres...
Non, je vais juste vous parler d'un pont !


Le pont Alexandre III, situé sur l'axe triomphal des Invalides, a vu sa première pierre posée par le tsar Nicolas II et le président Félix Faure en 1896. 
Le président Emile Loubet procéda en avril 1900, aux inaugurations simultanées du pont et de l'Exposition universelle.


On reconnaît tout de suite ses réverbères...


Ainsi que sa statuaire et particulièrement l'élément central qui me fait toujours penser à des bouteilles en plastique plantées là !  (j'ai honte parfois).


Quatre pylônes monumentaux encadrent l'entrée du pont sur les deux rives. Ils représentent quatre renommées (deux sur chaque rive).
Nous nous intéressons aujourd'hui aux deux pylônes de la rive gauche, côté quai d'Orsay.
A droite (amont) en regardant le pont, "La renommée au combat" par Pierre Granet:


A gauche (aval) en regardant le pont, "Pégase tenu par la Renommée de la guerre" par Léopold Steiner:


Mais regardez bien la "renommée de la guerre... Ne trouvez-vous pas qu'il lui manque quelque-chose ?


Ça s'est passé le 23 juillet 2016 à 16h40. Le bras de la statue est tombé sur le trottoir, ne faisant heureusement pas de blessé.
Le bras a été récupéré par la Direction de la voirie de la mairie de Paris qui l'a stocké dans ses bureaux.


Dorénavant, méfiez-vous quand vous vous promenez dans Paris ou portez un casque !

Cette information m'a été communiquée par une personne au moins aussi amoureuse de Paris et de son patrimoine que moi; je tairai son nom afin qu'il ne lui arrive pas un "accident fortuit", mais je tiens à lui transmettre mes remerciements les plus chaleureux. 

Pont Alexandre III, angle du quai d'Orsay et de l'esplanade des Invalides, Paris VII°.

Jeu de l'été 2016 (5) - La réponse

And the winner is...
Hervé Bry qui nous a localisé cette photo au Sacré Cœur de Montmartre.
Pour être tout à fait précis, nous nous trouvions dans la crypte du Sacré-Cœur où le "trésor de la basilique" expose de nombreux ornements ainsi que des cadeaux offerts par les fidèles.
Notons que Marc tournait autour de la solution; c'est le seul qui a mentionné le mot "crypte".

Et il y fait toujours frais !


Bravo à tous les participants !

lundi 25 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (5 bis) - un nain dix.

Un grand merci à vos cerveaux qui, comme moi, avaient besoin d'un bon weekend.
Merci également de m'aider aujourd'hui à soigner mon mal aux cheveux par votre silence !

Je vous rappelle que nous avons un jeu en cours: il s'agit de savoir où cette photographie a été prise.


On sait déjà qu'il ne s'agit pas de Notre-Dame-des-victoires ni du musée des cosaques, pas plus que du Musée d'histoire de la médecine.
Ce n'est pas non plus une collection de pin's !
Enfin, nous savons que ce lieu est à Paris.

---->J'ajoute un indice: par ces fortes chaleurs, ce lieu est bien agréable.

Allez, au travail !

vendredi 22 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (5)

Ce jeu va-t-il m'autoriser un weekend de repos ?

Où ai-je pris cette photo ?


Bonne chance à tous !

Jeu de l'été 2016 (4) - La réponse

Bravo à tous, enfin presque tous ;-)
Vous avez reconnu en n°1 le château de Courances dont l'escalier est une copie de celui de Fontainebleau (n°3).

Le n°2 était le plus difficile à trouver. Il se trouve au Louvre, dans la cour Lefuel, inexplicablement fermée au public. On peut cependant l'apercevoir par certaines fenêtres du premier étage.
Si vous regardez bien cette photo zoomée, vous verrez que l'escalier a des marches très basses, presque plates. C'était en réalité une rampe carrossable qui permettait d'accéder au manège et aux écuries de Napoléon III.


Souvenir ému: dans cette cour se trouvait au début des années 2000 le café Denon qui était, si j'en crois P. Rosenberg cité par Pointculture « le lieu le plus calme et un des plus agréables du musée ». 

jeudi 21 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (4)

Voici trois escaliers qui ont un point commun: des lignes courbes.
Sauriez-vous me dire où se trouvent ces trois chefs œuvre ?

1

2

3

Bonne chance à tous !

Le jeu de l'été 2016 (3) - La réponse

Vous avez encore trouvé !
C'était bien un bas-relief visible sur le pavillon Mollien du palais du Louvre; PBA l'avait photographié le 25 janvier 2011 (Clic !).


Bon, après cet entrainement - ce décrassage devrais-je dire - qui m'assure que vos neurones sont en pleine forme, nous allons passer à de vraies questions !

mercredi 20 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (3)

Puisque vous semblez apprécier le ferroviaire, voici une autre locomotive; où l'ai-je photographiée ?


Bonne chance à tous !

mardi 19 juillet 2016

Jeu de l'été 2016 (2) - La réponse

Regardez bien ce portail.
C'était le siège de la compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) qui deviendra plus tard celui de la SNCF.
Aujourd'hui immeuble de bureaux, il a repris le nom - Tivoli - du parc de loisirs qui se tenait là avant le lotissement causé par l'arrivée du chemin de fer. Nous sommes au 88 rue Saint-Lazare, à deux pas de la gare.


Jeu de l'été 2016 (2)

Ambiance ferroviaire pour ce deuxième opus du jeu de l'été.
Je vous demande où se trouve ce bas-relief ET ce qu'il symbolisait lors de sa construction.


Bonne chance à tous !

lundi 18 juillet 2016

La halle de Milly-la-forêt

Hors Paris

Après la guerre de cent ans, l'amiral de Graville, seigneur de Milly, voulut relancer l'activité économique. En 1479, par une grâce spéciale du roi Louis XI, il obtient le droit de bâtir la halle et d'y organiser trois foires par an, ainsi qu'un marché chaque semaine, faisant ainsi de la ville un véritable centre commercial.


Les exposants étaient répartis selon un plan bien précis: les denrées périssables au nord et les produits moins fragiles au sud.


Depuis cinq siècles, le marché est traditionnellement organisé le jeudi après-midi.



La halle, exposée nord-sud, est longue de 46 m, large de 16 m et haute de 13 m.


Les 48 piliers de chêne reposent sur des socles en pierre destinés à protéger le bois lors des lavages à grande eau.


La halle est classée Monument historique depuis 1923.


Place du marché, Milly-la-forêt (Essonne).

jeudi 14 juillet 2016

Place de la Concorde ou foire du trône ?

Quelqu'un pourrait-il expliquer à madame Hidalgo que Paris n'est pas sa foire du trône, qu'un site classé se respecte, et que la privatisation des espaces publics devient insupportable ! 


Le manège forain de monsieur Campion, installé pour les fêtes de Noël 2015, devait être démonté au plus tard le 20 février 2016 !


Place de la concorde, Paris VIII°.


mercredi 13 juillet 2016

Cour de l'industrie

Une des dernières cours industrielles - comme il y en avait tant dans le quartier du faubourg Saint-Antoine - bénéficie d'une rénovation exemplaire. C'est la preuve que pour mettre aux normes actuelles un ancien bâtiment, il n'est pas nécessaire de tout détruire, encore moins d'édifier de monstrueuses tours agressives... Suivez mon regard !
Faisons abstraction de la hideur cubique bétonnesque et sans gout que la ville de Paris n'a pas pu s'empêcher de construire en bordure de rue et visons l'entrée de la cour au fond du passage:


Mieux qu'un discours, ce plan donne une idée de la disposition des trois cours successives qui constituent la "cour de l'industrie". Pendant les travaux, des artisans y travaillent encore.


La première cour est envahie par les travaux; il faudra revenir pour en admirer les charmes...


Observons cependant ce rare escalier en bois ouvert sur la cour:


Il ne faut pas hésiter à s'enfoncer dans les profondeurs...


La deuxième cour, parée de couleurs pimpantes


Oui, enfin, pas partout...


Une (très) vieille enseigne:


Rénovation exemplaire on vous dit !



Et ce n'est pas fini


La troisième cour est peut-être la plus belle avec cette haute bâtisse en bois et briques:




Si seulement cela pouvait inspirer nos édiles actuels !


 37 bis rue de Montreuil, Paris XI°.

lundi 11 juillet 2016

Jardin municipal au Crédit municipal

Comme l'an passé, l'été voit s'installer des "cafés provisoires" dans divers endroits réputés inaccessibles de Paris.
L'année dernière, un bar éphémère nous avait permis de visiter le palais abbatial à Saint-Germain-des-prés (Clic !).
Cette année, c'est le Crédit municipal de Paris qui nous ouvre ses cours grâce au "Jardin municipal".


C'est dans la cour Renaudot que ça se passe; première à droite après l'entrée


L'espace habituellement nommé "La galerie" est aménagé en salon (en français lounge)


Meublé de bric et de broc, ce bric-à-brac ne présente guère d'intérêt



Tout au fond de la cour, un étroit passage cache une porte (fermée) donnant sur la rue des Francs-bourgeois. C'est dans ce petit espace sans recul qu'ont été installées quelques vestiges de l'hôtel de Nouvion. Hélas, des travaux en cours nous les masquent; nous y reviendrons.


Mais c'est tout de même de cet endroit que vous aurez la meilleure vue sur la tour de l'enceinte de Philippe Auguste:


Pour en savoir plus sur l'enceinte de Philippe Auguste, cliquez sur le libellé correspondant ci-dessous.


Ce qui est amusant, c'est que tout au long de l'année, des vigiles cerbérants (ou l'inverse) vous interdisent de pénétrer dans cette cour...
Mais allez savoir pourquoi, les lecteurs de PBA connaissaient cette cour depuis longtemps (Clic !).



Tiens, je pensais la Lorraine plus éloignée de Paris !



Rappel: ce blog n'est pas un guide gastronomique ! Si vous choisissez de manger ici, ce sera votre décision !


Heureusement, on peut très bien entrer, faire un petit tour et ressortir !


Le "Jardin municipal" ne sera ouvert que pendant l'été.
Crédit municipal, 55/57 rue des Francs-bourgeois, Paris IV°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...